Français

Mes positions, mes convictions

Pour une Europe plus sociale, plus juste et plus solidaire

L'Union européenne, c'est avant tout l'histoire d'un succès. A l'origine constituée d'un petit nombre d'Etats regroupés au sein de la Communauté économique européenne (CEE), l'Union européenne (UE) compte aujourd'hui 27 Etats membres. La paix, la croissance économique et la prospérité ont été le moteur de la construction et de l'élargissement de l'UE. Mais aujourd'hui, il convient d'aller plus loin et de redéfinir ce qui fonde nos valeurs et ce dont nous voulons de l'Union. Plus que jamais, l'Europe se doit d'être sociale. Ce ne sont pas les marchés qui devraient être au cœur de notre société, mais l'humain avant tout.  

Pour de meilleurs emplois et des salaires plus équitables

L´emploi et l´économie sont deux thématiques qui se trouvent au centre du débat sur la mondialisation aussi bien en Allemagne qu'au niveau européen. Désormais, il s'agit de repenser notre modèle en le recentrant notamment sur la solidarité et la justice sociale. Nous socialistes, c'est ce défi que nous nous proposons de relever avec vous. Tous ceux qui par leur travail contribuent à notre prospérité et à celle de l'Europe devraient pouvoir vivre convenablement avec leur famille, du fruit de ce travail. Malheureusement, cette réalité ne peut être observée partout. En Allemagne par exemple, 450 000 travailleurs sont contraints de percevoir des aides sociales car leur salaire se trouve en dessous du minimum vital. Cela n'est plus tolérable, il faut agir d'urgence.

Pour une meilleure protection des consommateurs en Europe

Des bases de calcul différentes des délais et des informations manquantes sont souvent sources de problèmes pour le consommateur. Ce sont les raisons pour lesquelles je souhaite l'harmonisation des législations sur la protection des consommateurs en Europe pour parvenir à un plus haut degré de sécurité juridique. Ce sont sous ces seules conditions que les citoyens pourront profiter de l'Europe comme consommateurs.  

Pour un Parlement européen plus fort

Le Traité de Lisbonne a été une étape importante vers plus d'intégration européenne. Le Parlement européen véritable organe de représentation des citoyens européens possède désormais de véritable compétence, renforçant de fait les droits des citoyens en Europe et le fonctionnement de l'Union européenne. Cela étant, cela n'est pas encore suffisant, le déficit démocratique de l'UE étant encore trop grand. C'est en renforçant le Parlement européen que nous parviendrons à combler ce fossé.

Pour la réduction continue de notre dépendance en énergies fossiles

L'objectif de l´UE doit être de parvenir à un mélange optimal d'énergies qui soit intelligent et soutenable aussi bien pour l'économie, que pour l'environnement. Même si les situations énergétiques sont différentes d'un Etat à l'autre de l'Union, les Européens peuplent un même espace et se trouvent confrontés à des problématiques environnementales similaires. Chaque membre de l'Union devrait participer à cet effort en fonction de ses ressources et ses conditions climatiques, hydrologiques, géologiques et géographiques. Mais cela doit prendre forme dans le cadre d'une stratégie européenne commune. 

Pour un élargissement de l´Union européenne qui soit proportionné

Au regard des futures étapes du processus d'élargissement souhaitées par le Conseil européen et la Commission européenne et la possibilité d'une constitution dans le futur, la réflexion sur l'élargissement de l'UE doit se faire dans une réflexion plus globale sur l'avenir de l'Union. Dans ce contexte les positions de la délégation du SPD du Parlement européen sont les suivantes.  

Pour encadrer les marchés

La crise trouve ses racines en grande partie dans la cupidité des marchés et l'inconscience d'une partie du monde de la finance qui ont mis à mal le fonctionnement des marchés. Si elle trouve ses origines dans l´effondrement du marché hypothécaire aux États-Unis en 2007, la crise s'est finalement propagée pour devenir la plus grande crise financière depuis 1929. Résultat: même ceux qui critiquaient l'intervention politique par le passé ont alors demandé l'aide des Etats pour surmonter la crise. Ce sont finalement les contribuables qui ont été contraints d'assumer l'action irresponsable et criminelle de certains acteurs sur les marchés. Jamais la défiance envers le secteur financier n'a été aussi grande.  

Pour un renforcement de la politique étrangère et de sécurité commune

J´approuve la création de la fonction de "Ministre des Affaires étrangères de l´UE" (bien qu´elle ne soit pas appelé comme ça) comme un vice-président de la Commission avec un service diplomatique propre. Selon le Traité sur le fonctionnement de l'UE, le Parlement européen ne possède que des compétences consultatives en matière d'Affaires étrangères. A cela s'ajoute deux exceptions: Le budget avec lequel les mesures civiles de la politique étrangère sont payées et le processus de décision sur l'adhésion aux Traités. Toutes les autres décisions sont de la compétence du Conseil. Aussi, dans ce secteur, notre objectif est de renforcer les compétences du Parlement européen et en particulier en ce qui concerne la politique de sécurité, bien que nous ayons conscience que cela ne sera le fruit que d'un long processus, du fait de la prééminence des Etats sur les questions de sécurité. Aussi nous travaillons en étroite collaboration avec les parlements nationaux.  

Pour une Mobilité des biens et des personnes respectueuse de l'environnement

Avec quelques 5% des emplois européens et en contribuant à hauteur de 7% du PIB de l´UE, les transports sont un facteur économique important en Europe et contribuent au bon fonctionnement de l'économie européenne. La mobilité des personnes et des marchandises est indispensable à la compétitivité de l´industrie et des services en Europe.